Le concert de Yael Naim

Un soir de 2007, j’étais devant ma télévision et j’ai vu cette pub:

Moi qui n’écoute pas vraiment de musique, j’ai tout de suite été interpellée par cette chanson, et j’ai voulu qui en était l’auteur. Deux jours après j’achetais son album que j’ai adoré, pour sa simplicité, sa musique, son univers, son émotion.

Je rêvais de la voir sur scène. J’ai même loupé une date pas très loin de chez moi( pourtant j’avais regardé la liste de ses concerts attentivement, mais j’avais visiblement loupé un truc). Je l’ai appris par une affiche quelques jours trop tard….

Trois ans plus tard Yael sort « She was a boy ». J’aime quelques titres mais globalement je suis un peu déçue.

Depuis plusieurs mois elle préparait la sortie du 3ème, « Older ». Les premiers titres en écoute étaient très prometteurs, et là c’est tout l’album que j’aime.  Elle chante et se lâche bien plus que sur les deux premiers. Elle y parle désir d’enfant, angoisses et doutes, naissance et…. mort.

Si je devais choisir un titre ce serait peut être celui-là:

Il y a quelques mois je regarde ses dates de tournées, et je m’aperçois que sa première date en France (elle était en Belgique il y a 15 jours) n’est pas trop loin de chez moi. Le grand jour, c’était hier soir. J’étais très émue, plus que je ne l’aurais pensé.  Autant vous dire que j’ai passée une excellente soirée, et que c’était trop court.

Je n’ai pas pris de photos car 1/ J’ai oublié mon appareil photo (si ça c’est pas une bonne raison) et 2/ J’ai du mal à prendre des photos quand j’apprécie quelque chose car ça met un appareil entre l’instant et moi… (oui c’est paradoxal mais c’est comme ça) et 3/ Des photos très chouettes il y en a plein le net.

En réalité, j’ai bien une photo prise avec mon portable pendant qu’on l’attendait. (J’étais hyper bien placée, 1er rang des places assises, juste au milieu). Mais est-ce la peine de la montrer?

yaelflou

En bref, Older est à écouter sans modération. Enfin je l’écoute sans modération.

older

Publicités

Quelle heure est-il?

Daylight saving time concept

Voilà c’est fait. Nous avons changé d’heure. Si tu as oublié, mauvaise nouvelle: il est 1h de plus que ce que t’indique ton portable/ordi/four (et non, je ne sais pas non plus comment on change l’heure du four).

Mon entourage va passer une mauvaise journée.
Pourquoi mauvaise? Parce qu’ils vont m’entendre râler. Pour rien, parce que ni moi ni eux n’y pouvons rien. C’est comme ça. Le pire, c’est que je vais encore râler demain, voire après demain.
Pourquoi me direz vous?

C’est simple: je DETESTE l’heure d’été. (Déjà le dimanche plus court…..voilà quoi)

Mais surtout, depuis une semaine, c’est le printemps. Les premières fleurs sont là, les oiseaux font leur nid, et enfin il fait jour quand je pars au boulot (vers 7h30) (oui j’aime arriver bien avant les élèves) (et oui j’aime aussi les parenthèses). Que c’est agréable de faire la route avec ce soleil pas encore très bien levé qui donne la pêche!

Mais demain ce sera fini. De nouveau je vais me retrouver comme en hiver. (C’est un comble pour un passage à l’heure d’été). Il fera nuit et surtout…il fera froid. Là où je vis j’aurai un peu plus de 2h d’écart par rapport à l’heure solaire.  Et à 5h30 heure solaire début avril, il fait nuit et froid. Même les jours où il fera 20°C l’après-midi, d’où une galère pour s’habiller qui durera plus qu’il ne faudrait.  Car à 5h30 le froid, c’est normal.

Oh, je sais bien, cet été je ne m’en rendrai plus compte, le soleil se lèvera de nouveau avant moi, mais ce décalage horaire me gâche mon printemps.

Je n’arrive pas à me consoler avec les soirées plus longues pour profiter des apéros, parce que je ne vis pas sur la côte d’azur peut -être….. (hein ma jumelle?) (Non, je n’ai pas vraiment de jumelle au sens où on l’entend habituellement, juste une jumelle de coeur qui vit trop loin de moi).

L’heure d’été il parait que ça fait économiser de l’énergie. Même pas, car je vais de nouveau allumer toutes les lumières le matin….

Ou alors j’aimerais au moins être l’hiver à l’heure de notre fuseau horaire, c’est à dire celui des Anglais. Là je pourrais supporter 1h de décalage l’été.

Et vous? De quel côté êtes-vous? Heure d’hiver ou heure d’été?

Mes madeleines

Sur une idée de Game of Mômes, je livre à mon tour quelques madeleines de mon enfance.

Tout d’abord, la lecture de son billet que tu trouveras  ici m’a replongé dans mes souvenirs, et je me suis rendue compte que nous avions des madeleines communes…. (Ca ne m’a surpris qu’une seconde, l’auteure et moi avons bien d’autres points communs).

Je tiens à m’excuser par avance pour la longueur du billet. Pour rappel, il s’agit d’une idée de Game of Mômes…. Elle a des coupures publicitaires pour nous permettre d’aller faire  une pause pipi, mais ici vous devrez tout lire en une seule fois.

 stop

 

Quand je pense à mon enfance je pense à ma grand-mère paternelle (je n’ai connu que mes grands-parents paternels).

– Faire un puits dans la farine.

Je viens de Normandie. Il y a donc une saison de la tarte aux pommes, c’est celle où tu as plein de pommes chez toi et qu’il faut bien en faire quelque chose. Au début tu fais des tartes, à la fin de la compote. La première fois que j’ai fait une pâte avec le petit puits dans la farine c’était avec elle.

-La méthode Boscher

Petite comme beaucoup d’enfants j’ai montré un intérêt pour la lecture. Ma grand mère qui m’a gardé quelques jours m’a initiée à cette bonne vieille méthode… et c’est ainsi que j’ai appris à lire. Elle connaissait le sujet, c’était une instit de CP en retraite… Ma mère a râlé mais le « mal » était fait. Et moi j’étais  ravie de pouvoir enfin lire seule. Je n’ai plus arrêté….jusqu’à ma majorité. Je lis très peu depuis que je suis adulte, je me demande pourquoi maintenant.

-Les malheurs de Sophie

Ma grand-mère m’a offert ce livre en me disant que c’était son préféré quand elle était petite. Bon j’ai toujours pensé qu’elle ne devait pas avoir beaucoup de choix de livres à l’époque. En tout cas je l’ai lu et relu. Maintenant que je repense à ce livre, je pense à la chaux.  Et à Paul. Je faisais rire ma maman parce que je prononçais son nom avec le « o fermé ».

– Julien Lepers

Mamie l’appelait Julien. Il était tous les soirs dans son salon, même quand il y avait du monde chez elle. Je n’ai jamais aimé cette émission. J’ai regardé deux fois sans elle, parce qu’il y avait quelqu’un de la fac dans l’émission. Il a gagné 4 fois. Bravo à lui.

-la confiture de cassis

Un jour j’ai dit à ma grand-mère que ma confiture préférée était celle au cassis. A partir de là elle ne m’a donné QUE des pots de confiture au cassis. Mon papa lui n’avait QUE des pots à l’orange. Il a dû dire qu’il aimait ça aussi.

 

Puis il y a d’autres souvenirs en vrac:

-Le grand livre des fées

J’ai été hospitalisée à 7 ans.  Une vieille tante m’a envoyé « Le grand livre des fées », un (gros)recueil de…. contes de fées (oui c’est comme le Port Salut). Je l’ai tellement lu, et je l’ai toujours. Il est dans ma classe. L’an dernier j’ai lu « La reine des neiges » à mes élèves, version Andersen. Mon conte préféré c’était Raiponce.

-Mes ongles

Je ne prends pas spécialement soin de mes ongles. Mais quand je le fais, je pense à ma marraine. Ma marraine était une vieille dame mais surtout une vraie princesse. Ma mère et moi faisions particulièrement attention à notre tenue (de la tête aux pieds…aux ongles) quand nous la voyions. Elle disait que j’avais de beaux ongles à cause de la partie blanche (la lunule) qui était soit-disant très bien dessinée.

-Le myosotis

myosotis

Bon celle là je l’ai piquée à Game of Mômes. Ado c’était « ma fleur préférée » depuis que j’avais acheté en Angleterre un magnifique carnet d’adresses (Je me demande si je ne l’ai pas encore, en tout cas je l’ai utilisé de très nombreuses années). Il était décoré avec des images de myosotis et quand j’ai découvert la signification de cette fleur (c’est plus facile à comprendre en anglais) j’ai trouvé cette fleur « troooooop belle ».

-Les vieux albums de Tintin

J’avais 7 ans, j’étais malade et je m’ennuyais clouée au lit au lieu d’aller à l’école (Oui, j’aimais aller à l’école). Je n’avais plus rien à lire à la maison. Le midi quand mon père est rentré, ma mère lui a dit que je m’ennuyais. Il est monté au grenier et est redescendu avec un vieil album qui s’appelait « Le trésor de Rackam le Rouge ». Je suis fan depuis ce jour. Le soir je lui ai demandé s’il en avait d’autres. Il en avait encore quelques-uns, pour certains des années 50, qui appartenaient à lui ou à son cousin il ne savait plus. J’ai ensuite dépensé tout mon argent de poche pour tous les avoir, et je les ai lus, relus….mêmes les anciennes éditions… qui sont dans un état, voire détruites pour certaines. Je trouve ça dommage maintenant avec le recul.

– La cage à écureuil

Je ne me souviens que de ma dernière année de maternelle. Je n’ai que des bribes de souvenirs, mais je sais que je passais beaucoup de temps dans cette cage en récréation. Je n’ai jamais été sportive, même petite, et c’était un réel challenge pour moi de se mouvoir à l’intérieur, de s’y accrocher…et j’étais même fière d’arriver à faire certaines choses.

 

 

En écrivant ce billet j’ai réalisé à quel point les livres ont marqué mon enfance. Je n’ai cité aucune chanson d’ailleurs. Pour y remédier, je citerais L’Aziza, mon 1er 45 tours qui n’était pas ciblé « enfant ».

 

La marée de tous les 18 ans

Le weekend dernier était chargé. Le vendredi, il y avait éclipse invisible à l’oeil nu, et à l’oeil avec lunettes (Ouf! J’aurais pu brûler la rétine de mes élèves en sortant… ).

Voici ma photo de l’éclipse. Sans filtre. Truc de fou:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Oui je sais tu es ébloui. Les plus jeunes m’ont demandé « C’est quand l’éclipse? » ou m’ont dit « Le soleil et la lune sont amoureux ils se sont cachés derrière les nuages ». Les plus vieux ont regardé la lampe du vidéo pro avec leur lunettes éclipse pour voir si quand même la lumière pouvait passer à travers un plastique si noir. Et on a vu qu’aux Iles Féroé aussi ils avaient des nuages. Nous étions moins seuls. On a vu la nuit là-bas. Noire. Puis la lumière est revenue….. et les élèves ont tous applaudi.

Le lendemain, il y avait donc marée du siècle. Qui a lieu tous les 18 ans, mais pour une grande marée, ça fait petit. Marée du millénaire ça fait prétentieux, donc c’est marée du siècle. Pourquoi pas.

Vu la météo clémente nous savions bien qu’il n’y aurais pas de vagues mais nous voulions voir le niveau de l’eau à un tel coefficient (119). Nous vivons dans l’Ouest, nous voilà donc partis sur la côte, direction l’île de Noirmoutier.

Pendant que tout le monde était à la pêche, nous sommes partis nous promener plage des Dames. Pour ceux qui ne connaissent pas l’ile c’est là où le Petit Nicolas a passé ses vacances.  Nous devions y être tranquille. Nous l’avons été. J’ai adoré cette balade. Nous avons pu rejoindre à pied en marchant sur le sable une plage voisine qui n’est normalement accessible que par la forêt ou par les rochers. Je n’avais jamais vu l’eau si loin. J’en ai d’ailleurs profité pour prendre des photos inédites (sauf pour ceux qui ont un bateau ce qui n’est pas mon cas).

IMG_20150321_104302 IMG_20150321_104604

L’après midi nous avons enchainé les endroits pour voir jusqu’où l’eau pouvait monter.  Premier arrêt le Gois, ce passage qui relie l’île au continent à marée basse. Cette fois, nous n’étions pas seuls, loin de là. Voici le parking improvisé.

IMG_20150321_163944

Normalement il y a un vrai parking, mais là il était…..un peu inondé.

IMG_20150321_162811 IMG_20150321_162824

Nous sommes ensuite allés à la jonction entre une digue et une dune. L’eau était bien haute, mais pas de vagues.  Rien ne débordait : les murs de la digue ont été refaits récemment, ils sont plus hauts.

IMG_20150321_171049

Enfin, nous sommes allés voir le vieux port de Noirmoutier, où les bateaux étaient à sec le matin.

IMG_20150321_173214

Bilan du weekend: Le mauvais temps a gâché l’éclipse et le beau temps la marée du siècle. Maintenant on attend la prochaine grande marée (ce sera les vacances) en espérant voir un peu de vagues cette fois. (Mais le soleil ça nous va aussi). J’ai préféré la marée basse qui m’a permis de voir de nouveaux paysages. Pour la marée haute, j’ai vu plus impressionnant avec de plus petits coefficients (et accessoirement moins de monde, ce qui n’est pas accessoire pour moi).

 

 

Premier billet

Ca y’est, tu me lis. C’est donc que j’ai appuyé sur la touche « publier ».

Dans la vie, je parle. Beaucoup. Trop. Avec tout le monde. J’aime parler de tout, de rien, mais surtout de tout.

Dans la vie, je suis aussi maman d’un garçon de presque 10 ans. (Qui parle autant que moi. Dans la famille on peut prouver qu’il y a un gène du bavard).

Dans la vie, j’ai un métier où je m’occupe d’autres enfants. J’ai un tableau noir (et un vert, vive le progrès) et plein de stylos rouges. Certains sont très bavards, ça m’apprendra!

Depuis toujours, j’aime également écrire. Mais pour moi uniquement. Dès que j’ai commencé à écrire dans ma chambre j’ai intégré l’expression « Les paroles partent et les écrits restent ».

Mais ça y’est, aujourd’hui je me lance. J’écrirai donc sur tout et sur rien, enfin sur tout ce qui m’intéresse.

Bienvenue!