Mes arbres et mes souvenirs

Cette semaine, Agoaye (encore elle, oui, mais elle fulmine d’idées en ce moment!) m’a envoyé en « béta-test » son générateur d’idées pour écrire sur un blog. Je trouve l’idée super! Ben oui quoi qui n’a jamais ressenti l’envie d’écrire sans savoir de quoi parler? En tout cas moi plus d’une fois! Ce générateur fonctionne sur une idée simple. On lit un sujet déclencheur d’écriture, et s’il ne nous convient pas, on appuie sur F9. Et hop, une autre idée apparait!

touche-recovery-syste0300me-f9

Je n’ai appuyé que deux fois sur la touche magique. Le 3ème sujet d’écriture m’a parlé, et j’avais tellement peur que le sujet suivant le détrône que j’ai tout éteint. Ben oui c’est bien connu avoir trop le choix ça peut être compliqué… Mon premier billet inspiré par le générateur sera donc celui-ci, et en voici l’intitulé :« Nomme les arbres du quartier de ton enfance ».

——————–

Petite (et ado) je vivais en Normandie, à la campagne. En face, il y avait une ferme, le long de notre terrain un sentier menait jusqu’au bois. De l’autre côté pâturaient les quelques animaux élevés par le voisin. La campagne normande, avec ou sans vaches, mais toujours bien verte (Oui tout est vrai dans la pub Elle et Vire: la pluie, l’herbe grasse qui rend le paysage si joli quand le soleil brille enfin). Et pourtant, je ne connais RIEN aux choses de la nature. Je l’ai toujours dit: je suis une fausse fille de la campagne. Déjà, j’allais à l’école en ville à partir du CM1. Et avant, mon école était dans un autre village que le mien, ce qui fait que mes amis n’ont jamais vécu près de chez moi. Quand je n’étais pas à l’école je lisais, je regardais la télévision, je me promenais en famille. Ado, j’ai essayé de me promener avec mes amis dans les bois près de chez moi. Plusieurs fois. A chaque fois nous nous sommes perdus. Là j’ai réalisé que la campagne j’en aimais la vue, mais ce n’étais pas pour moi.

Quel rapport avec les arbres? Et bien justement, les arbres je ne les connais pas, ce qui est plutôt triste. Quand j’ai emmené une année mes élèves pour une sortie forêt, j’ai dû bien travailler avant et surtout avoir une guide qui les connaissent, les arbres! Cette réflexion est également valable pour les animaux, les plantes et les fleurs. Mais là je m’éloignerais du sujet.

Et pourtant, les arbres de mon enfance ça me parle. J’en ai trois. Ce sont les trois seuls que je reconnaisse d’un coup d’oeil. Bon avec le sapin, mais ça ne compte pas ^^.

WP_20150729_09_15_31_Pro 1

  • Le pommier

Ben oui, chez nous (et chez les voisins) il y avait des pommiers dans les champs! Quand j’étais toute petite c’étaient des pommiers à cidre, que le voisin venait gauler pour nous rendre du cidre à la place. Ces pommiers étaient vieux. L’un d’eux était penché. C’était donc mon préféré. Mais il a fait peur à mes parents un jour d’automne. Il y avait eu un très fort orage la nuit. Certaines branches avait été arrachées et c’est ce jour là que mes parents ont réalisé que ce pommier penchait vers la maison… Ils l’ont donc enlevé. Ses copains ont suivi quelques années après pour cause d’extrème vieillesse. Ils en ont replanté plusieurs, qui eux donnent encore aujourd’hui des pommes délicieuses.

  • Le noisetier

J’ai parlé plus haut du chemin qui longeait notre terrain pour aller vers les bois… La haie qui nous séparait de ce chemin était composée de noisetiers. J’ai encore des souvenirs de mon frère et moi qui allions chercher un caillou (il en fallait un type particulier) pour pouvoir casser les noisettes dehors, entre notre caillou et une pierre. C’est bien meilleur comme ça. Dans un de ces noisetiers, mon frère et mon père ont fait une cabane (une planche entre 4 branches quoi). Mais j’y ai également de bons souvenirs.

  • Le cerisier

Mon cerisier!C’était mon préféré de tous. Celui que j’observais de la fenêtre de ma chambre. Celui près duquel mes parents ont fait une jolie photo de moi quand j’avais 3 ans, photo qu’ils ont agrandie, offerte à toute ma famille…. J’attendais sa floraison tous les ans avec impatience  c’était si beau. Ensuite on espérait en manger, ce qui était assez compliqué à cause des oiseaux qui attendaient sur les fils électriques juste au dessus, et se jetaient sur l’arbre par douzaine, chacun son tour… Notre chat ne pouvait rien y faire,  il détestait les arbres depuis qu’il avait compris qu’il ne savait pas redescendre.  Quand j’ai quitté ma Normandie pour des contrées au climat différent (aka sans réel printemps marqué), c’est ce cerisier qui m’a manqué. Aujourd’hui, il n’est plus là, remplacé lui aussi par des pommiers.

Et oui les arbres du jardin de mes parents ont changé. Ils ont retiré, déplacé, remplacé par ce qui était à leur goût. Certains sont toujours là. Mais je me souviens encore avec nostalgie de ces vieux arbres, qui étaient là bien avant la maison de mes parents et  qui ont accompagné mon enfance.

 

Publicités

Un défi ou un écrit #2 – Retrouver son enfant intérieur

Bannière-copie

Cette semaine, pour Un défi ou un écrit chez Agoaye, j’ai sans aucune hésitation choisi le défi car je l’adore. Retrouver son enfant intérieur, ça me parle.  J’aime repenser à mon enfance. Je pense que c’est dû au fait que je travaille avec des enfants, j’aime repenser à comment j’étais à leur âge, essayer de me mettre à leur place. Mais aussi j’aime faire des choses avec eux (autre que les cours j’entends).

Cette semaine je n’ai réalisé pour l’instant que la première partie du défi, à savoir écrire une lettre à l’enfant que j’étais pour calmer ses angoisses. Je compte profiter du weekend pour jouer (je le fais tous les weekends), mais là je ressortirai mon cahier de coloriage qui est resté trop longtemps dans un coin de mon bureau. Ce sont d’ailleurs mes élèves qui m’avaient donné l’envie d’avoir ce cahier de coloriage.

Je publie donc ici la lettre que j’adresse à moi-même quand j’étais en CM2.

—————————-

Chère Mattyllde,

Tu ne me connais pas mais je te connais bien. Je pense à toi souvent car je ne veux pas t’oublier, et j’espère d’ailleurs que je ne t’oublierai jamais.

Cette année tu es en CM2. C’est une classe importante. L’année prochaine tu iras au collège. Dans ta classe tu aimes beaucoup ton instituteur, tu commences à te faire des amies, mais ce n’est pas toujours facile. Une de ces nouvelles amies vient de déménager, c’est bien ta veine. Les copines de ton ancienne école te manquent encore. C’était différent là-bas. Tout le monde te connaissait depuis toujours, tu étais la fille de la maîtresse. Ici tu n’es personne et même si cette année tu n’es plus « la nouvelle », ce n’est pas pareil. Tu te demandes comment ce sera l’année prochaine, ce sera sans doute encore plus difficile. D’un autre côté tu as hâte d’aller au collège, car tu as envie d’apprendre et de découvrir plein de choses, ce sera sûrement très intéressant. Ici aussi c’est intéressant, mais il y a toujours trop de français…et surtout de maths. Tu espères que les maths au collège ça ira, parce que les fractions et les problèmes de durées (et que dire des divisions), ce n’est pas ton truc.

Je voudrais te rassurer. Tout d’abord, tu auras des amies. Au collège tu ne seras pas seule, et tu vas rencontrer des personnes qui deviendront de vraies amies. Mais l’amitié ça se construit, ça prendra du temps. Tu trouveras ce temps long, mais c’est ce temps est important pour construire.

Pour les maths, ce ne sera difficile qu’en sixième encore, puis une super prof et la calculatrice t’aideront beaucoup. Par contre, tu n’aimeras jamais ça, mais ça ne se verra pas trop…

Tu vas aussi avoir des rêves. C’est important les rêves. Ils ne se réaliseront pas forcément, mais grâce à eux, tu te fixeras des objectifs et c’est important pour avancer.

C’est difficile de comprendre ça lorsque l’on est enfant, mais tout prend du temps, et la vie est faite de hauts et de bas. Il ne faut pas regretter ce qui est moins bien ou qui nous déplait, mais avoir toujours envie d’avancer.  Tu lis beaucoup , tu es une grande rêveuse et une grande bavarde (ce qu’on te reproche beaucoup), mais ce sera ta force. Tu ne le sais pas encore, mais cela te permettra de faire pas mal de rencontres amicales, professionnelles. Et si tu te sens seule aujourd’hui, ce trait de caractère arrangera bien les choses. Tes rêves changeront au fil du temps, mais tu en auras toujours.  Continue donc comme ça, mais soit juste plus discrète en cours quand tu bavardes, surtout en terminale dans un certain cours d’allemand…

Une dernière chose: tu adores écrire mais tu détestes qu’on lise tes rédactions. Ce serait bien que tu apprennes à te relire et que tu acceptes aussi qu’on te lise. Oui les écrits restent, mais ne sois pas si timide. Ecrire, c’est aussi avant tout un moyen de communication, même si c’est quelque chose qui fait du bien aussi à soi.

Profite bien de la vie.

Un défi ou un écrit #1 – Ma p’tite liste pour 2016

Bannière

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter une bonne année à tous!

Cette année, Agoaye (Si tu connais pas son blog, rattrape-toi vite en allant le découvrir ici ) s’est lancée dans un super projet autour de la bienveillance. Quoi de mieux pour débuter l’année. Le but est de mettre en place soit par des actions, soit par des écrits, des projets qui pourront devenir des choses positives dans notre vie, pour un peu que nous les fassions perdurer.

Le principe est le suivant: chaque semaine, le choix nous est donné entre réaliser un défi (et venir en parler ici), ou un écrit si nous préférons ne pas participer au défi.

Cette semaine, le défi était de renouer avec son passé.  Il m’intéressait beaucoup mais je ne pense pas avoir assez de temps pour bien l’entreprendre. (C’est peut être un prétexte ). Je décide donc d’écrire « Ma p’tite liste »!

———————————–

La dernière fois que j’ai pris une résolution, je l’ai suivie, c’était celle d’arrêter de fumer. Enfin, celle là je l’ai prise pendant presque 10 ans, jusqu’à ce, qu’une fois, ça fonctionne (En tout cas pour l’instant, ça fera 5 ans dans quelques jours). Depuis je n’ai plus pris aucune résolution, car j’étais tellement fière de moi (et ça avait tellement été difficile) que j’associais ça à une difficulté énorme et non à quelque chose de positif.

L’occasion m’est donc donnée de renouer avec cette tradition: faire une liste de ce que j’aimerais accomplir cette année.

1/ Essayer de mieux m’organiser pour concilier travail et vie personnelle. C’est déjà mieux que ça n’a été, mais je rentre encore quelquefois beaucoup trop tard à mon goût.

2/ Je ne vis pas dans ma région d’origine, j’ai rencontré de nouveaux amis ici, mais j’ai surtout perdu le contact avec les anciens. Je les ai retrouvés sur Facebook, mais bon ça n’a rien à voir.  Cette année, j’aimerais donc revoir une ancienne amie.

3/ Découvrir une nouvelle région. Il y a des coins entiers (et très importants) de notre beau pays où je n’ai jamais mis les pieds.

4/ Lire.  J’en ai déjà parlé ici, petite je lisais beaucoup. Mais depuis que je suis adulte, je ne lis plus du tout (ou presque) de romans. Ca me manque. Comme beaucoup de choses, je dis que je n’ai pas le temps, mais je ne le prends pas forcément.

5/ Ecrire. J’ai ouvert ce blog parce que j’aime écrire et je ne le fais pas assez. Ce projet 2016 m’y aidera et j’essaierai d’être le plus assidue possible.

6/ Et SURTOUT, pour m’aider à honorer cette liste comme il se doit, passer moins de temps sur facebook. Facebook est en arrière plan quand je travaille de chez moi. Mais force est de constater que je travaille moins vite… Il faudrait donc que je sache allumer l’ordinateur sans allumer Facebook.

J’ai bien d’autres idées mais ça ferait trop pour une seule année! Je stoppe donc la liste ici.

Au final, j’aime cet article car il me permettra de faire un bilan dans environ 360 jours….. et de revenir le relire de temps en temps pour voir où j’en suis. Ma liste est simple mais elle porte sur des choses qui me tiennent vraiment à coeur.