Meduris de Haba, un jeu pour les plus grands

Haba maintenant tout le monde connait.  Sinon: c’est une marque allemande qui fait des jeux de grande qualité, et si vous avez des jeunes enfants c’est un must, allez vite les découvrir.

Je n’ai plus de jeune enfant mais je les suis toujours car depuis peu ils sortent des jeux pour les plus grands. (Même si tous leurs jeux « enfants » sont appréciés des adultes aussi!) L’an dernier j’ai craqué sur Spookies et Karuba.  Karuba a rencontré son public, mais pour ma part c’est Spookies qui reste mon préféré.

Peu avant Noël j’ai découvert en navigant sur leur site, un nouveau jeu, Méduris, pour les plus de 10 ans. J’ai lu la règle, ça avait l’air confus à la première lecture et intéressant à la fois. Si intéressant qu’il me le fallait! J’ai reçu le jeu juste pour mon anniversaire.

wp_20161203_11_23_00_pro

Nous avons commencé par 3 parties « d’apprentissage », deux à 2 joueurs, et une à 3 joueurs.  Le nombre de joueurs maximum est de 4, et nous ne l’avons pas encore testé. Mais nous avons hâte car nous pourrons alors retourner le plateau :oui le plateau est plus grand au verso (enfin plutôt les cases plus petites et plus nombreuses) pour faire de la place aux 4 joueurs. Maintenant que nous connaissons bien les règles, les parties s’enchainent et le plaisir est au rendez-vous.

Le principe du jeu: Le mont Meduris regorge de ressources qu’il va falloir exploiter grâce à ses ouvriers.  A chaque tour, le joueur aura le choix entre 2 actions: déplacer un ouvrier pour produire encore plus de ressources, ou construire une hutte (ou un temple) au pied du mont.  Quand on construit dans une nouvelle partie du plateau, on obtient la rune correspondante à la région, même si un autre joueur l’a. Il faut donc surveiller les autres aussi.

wp_20161203_11_53_00_pro

Mais ce n’est pas tout: Lors de chaque construction, le druide se déplace et va visiter un village. C’est alors l’heure de faire, par son intermédiaire, des offrandes aux dieux de Méduris. Si l’offrande est bien faite, les dieux en retour vous gratifieront de points. Plus le village est important, plus la construction coûte cher, mais plus les dieux ont d’offrande et alors en retour il seront aussi plus généreux.

wp_20170115_19_42_33_pro

Quand un joueur a placé sa dernière hutte, les autres joueurs ne jouent plus qu’une fois et la fin de la partie commence. En effet, le druide fait un dernier tour complet du plateau, et il est alors de bon ton d’avoir de quoi faire des offrandes. Ensuite la valeur des temples est calculée. Un temple a d’autant plus de valeur qu’il est entouré de nombreuses huttes! Enfin, on compte les runes et l’accumulation de runes rapporte beaucoup de points, il ne faut pas les négliger.

wp_20170115_19_43_06_pro

Bref un jeu passionnant, avec de la stratégie (la partie se joue ressources cachées),  du suspense jusqu’au dernier tour, qui se joue en 1h15 environ.  La partie n’est pas plus longue à 3 car on utilise moins de huttes. Encore une fois chapeau à l’illustrateur! Le plateau est superbe.

Le conseil pour remporter la partie: penser que les runes rapportent des points à la fin, ne pas laisser un joueur en avoir de trop. Et bien sûr, embêter les autres joueurs.

wp_20170115_19_42_40_pro

Celestia de Blam!

Aujourd’hui, j’ai de nouveau envie d’écrire à propos d’un jeu de société que j’ai découvert ce weekend lors d’un festival du jeu. On a testé pas mal de jeux, mais celui-là a été notre favori, et nous sommes repartis avec.

Le jeu s’appelle Celestia.  Il s’agit d’une aventure à bord d’un aéronef, où l’on embarque à la recherche des trésors des différentes cités du monde de Celestia.

WP_20160420_14_25_28_Pro

Tout d’abord, ce jeu est très beau, ce qui est très important pour moi. L’illustrateur a fait un énorme travail sur les décors, les personnages. Les cartes sont belles recto ET verso et pleines de détails. Quand on ouvre la boite, on doit d’abord construire l’aéronef qui est la pièce centrale du jeu. Des pièces de rechange sont même prévues. Mais les pièces cartonnées, comme les cartes sont de qualité.

WP_20160420_13_05_37_Pro

Pour jouer, on installe un parcours , de la cité la moins riche, à celle qui abrite les plus beaux trésors. A côté de chaque cité on trouve les cartes trésors. Quand on gagne un trésor sur les 6 premières cités, on ne sait pas combien de points il vaut, on sait juste que plus la cité est éloignée, plus le minimum de points gagné est important. L’aéronef est placé sur la première cité, les joueurs placent leur pion à bord, et c’est parti pour le voyage!

WP_20160420_13_18_44_Pro

L’aéronef est conduit par un capitaine, capitaine qui change à chaque tour. Le rôle du capitaine est de conduire l’aéronef sur la ville suivante. Pour cela, il lance les dés. S’ils sont blancs, tout va bien et le voyage se passe sans encombre. Mais un problème peut surgir (un orage, des pirates, des oiseaux migrateurs…) et là il ne pourra conduire tout le monde à bon port que s’il a les bonnes cartes! Heureusement ses passagers peuvent descendre de l’aéronef à tout moment s’ils ne lui font pas confiance…. Ils gagnent moins de points, mais en gagnent! Car si le capitaine n’a pas les bonnes cartes… c’est le crash et ceux qui étaient à bord tout comme lui ne gagnent rien! Un nouveau voyage commence alors.

WP_20160420_13_22_06_Pro

Pour pimenter la partie, il existe des cartes « pouvoir ». On peut débarquer de force un passager, ou encore être sauvé par un parachute. Ce qui est bien, c’est que ces cartes ne sont pas en très grand nombre (8 seulement) ce qui garde tout l’intérêt du jeu.

WP_20160420_13_20_50_Pro

Le joueur qui dépasse le premier 50 points arrête la partie et les points sont alors comparés. Les parties sont courtes, environ 30 minutes, ce qui permet sans souci de faire la revanche, la belle. On peut jouer jusqu’à 6 joueurs (à partir de 8 ans) et plus on est de fous plus on rit!

WP_20160420_13_21_18_Pro

Ici toute la famille a adoré car les règles sont simples, et on s’amuse vraiment. On sait déjà que ce jeu ne restera pas longtemps dans le placard! Le seul (petit) bémol est le rangement. La boite est petite (un plus) mais elle est très juste pour tout ranger une fois l’aéronef monté. Mais tout rentre tout de même!

WP_20160420_17_15_55_Pro

Bref une excellente découverte que ce jeu!

Mes arbres et mes souvenirs

Cette semaine, Agoaye (encore elle, oui, mais elle fulmine d’idées en ce moment!) m’a envoyé en « béta-test » son générateur d’idées pour écrire sur un blog. Je trouve l’idée super! Ben oui quoi qui n’a jamais ressenti l’envie d’écrire sans savoir de quoi parler? En tout cas moi plus d’une fois! Ce générateur fonctionne sur une idée simple. On lit un sujet déclencheur d’écriture, et s’il ne nous convient pas, on appuie sur F9. Et hop, une autre idée apparait!

touche-recovery-syste0300me-f9

Je n’ai appuyé que deux fois sur la touche magique. Le 3ème sujet d’écriture m’a parlé, et j’avais tellement peur que le sujet suivant le détrône que j’ai tout éteint. Ben oui c’est bien connu avoir trop le choix ça peut être compliqué… Mon premier billet inspiré par le générateur sera donc celui-ci, et en voici l’intitulé :« Nomme les arbres du quartier de ton enfance ».

——————–

Petite (et ado) je vivais en Normandie, à la campagne. En face, il y avait une ferme, le long de notre terrain un sentier menait jusqu’au bois. De l’autre côté pâturaient les quelques animaux élevés par le voisin. La campagne normande, avec ou sans vaches, mais toujours bien verte (Oui tout est vrai dans la pub Elle et Vire: la pluie, l’herbe grasse qui rend le paysage si joli quand le soleil brille enfin). Et pourtant, je ne connais RIEN aux choses de la nature. Je l’ai toujours dit: je suis une fausse fille de la campagne. Déjà, j’allais à l’école en ville à partir du CM1. Et avant, mon école était dans un autre village que le mien, ce qui fait que mes amis n’ont jamais vécu près de chez moi. Quand je n’étais pas à l’école je lisais, je regardais la télévision, je me promenais en famille. Ado, j’ai essayé de me promener avec mes amis dans les bois près de chez moi. Plusieurs fois. A chaque fois nous nous sommes perdus. Là j’ai réalisé que la campagne j’en aimais la vue, mais ce n’étais pas pour moi.

Quel rapport avec les arbres? Et bien justement, les arbres je ne les connais pas, ce qui est plutôt triste. Quand j’ai emmené une année mes élèves pour une sortie forêt, j’ai dû bien travailler avant et surtout avoir une guide qui les connaissent, les arbres! Cette réflexion est également valable pour les animaux, les plantes et les fleurs. Mais là je m’éloignerais du sujet.

Et pourtant, les arbres de mon enfance ça me parle. J’en ai trois. Ce sont les trois seuls que je reconnaisse d’un coup d’oeil. Bon avec le sapin, mais ça ne compte pas ^^.

WP_20150729_09_15_31_Pro 1

  • Le pommier

Ben oui, chez nous (et chez les voisins) il y avait des pommiers dans les champs! Quand j’étais toute petite c’étaient des pommiers à cidre, que le voisin venait gauler pour nous rendre du cidre à la place. Ces pommiers étaient vieux. L’un d’eux était penché. C’était donc mon préféré. Mais il a fait peur à mes parents un jour d’automne. Il y avait eu un très fort orage la nuit. Certaines branches avait été arrachées et c’est ce jour là que mes parents ont réalisé que ce pommier penchait vers la maison… Ils l’ont donc enlevé. Ses copains ont suivi quelques années après pour cause d’extrème vieillesse. Ils en ont replanté plusieurs, qui eux donnent encore aujourd’hui des pommes délicieuses.

  • Le noisetier

J’ai parlé plus haut du chemin qui longeait notre terrain pour aller vers les bois… La haie qui nous séparait de ce chemin était composée de noisetiers. J’ai encore des souvenirs de mon frère et moi qui allions chercher un caillou (il en fallait un type particulier) pour pouvoir casser les noisettes dehors, entre notre caillou et une pierre. C’est bien meilleur comme ça. Dans un de ces noisetiers, mon frère et mon père ont fait une cabane (une planche entre 4 branches quoi). Mais j’y ai également de bons souvenirs.

  • Le cerisier

Mon cerisier!C’était mon préféré de tous. Celui que j’observais de la fenêtre de ma chambre. Celui près duquel mes parents ont fait une jolie photo de moi quand j’avais 3 ans, photo qu’ils ont agrandie, offerte à toute ma famille…. J’attendais sa floraison tous les ans avec impatience  c’était si beau. Ensuite on espérait en manger, ce qui était assez compliqué à cause des oiseaux qui attendaient sur les fils électriques juste au dessus, et se jetaient sur l’arbre par douzaine, chacun son tour… Notre chat ne pouvait rien y faire,  il détestait les arbres depuis qu’il avait compris qu’il ne savait pas redescendre.  Quand j’ai quitté ma Normandie pour des contrées au climat différent (aka sans réel printemps marqué), c’est ce cerisier qui m’a manqué. Aujourd’hui, il n’est plus là, remplacé lui aussi par des pommiers.

Et oui les arbres du jardin de mes parents ont changé. Ils ont retiré, déplacé, remplacé par ce qui était à leur goût. Certains sont toujours là. Mais je me souviens encore avec nostalgie de ces vieux arbres, qui étaient là bien avant la maison de mes parents et  qui ont accompagné mon enfance.

 

Un défi ou un écrit #2 – Retrouver son enfant intérieur

Bannière-copie

Cette semaine, pour Un défi ou un écrit chez Agoaye, j’ai sans aucune hésitation choisi le défi car je l’adore. Retrouver son enfant intérieur, ça me parle.  J’aime repenser à mon enfance. Je pense que c’est dû au fait que je travaille avec des enfants, j’aime repenser à comment j’étais à leur âge, essayer de me mettre à leur place. Mais aussi j’aime faire des choses avec eux (autre que les cours j’entends).

Cette semaine je n’ai réalisé pour l’instant que la première partie du défi, à savoir écrire une lettre à l’enfant que j’étais pour calmer ses angoisses. Je compte profiter du weekend pour jouer (je le fais tous les weekends), mais là je ressortirai mon cahier de coloriage qui est resté trop longtemps dans un coin de mon bureau. Ce sont d’ailleurs mes élèves qui m’avaient donné l’envie d’avoir ce cahier de coloriage.

Je publie donc ici la lettre que j’adresse à moi-même quand j’étais en CM2.

—————————-

Chère Mattyllde,

Tu ne me connais pas mais je te connais bien. Je pense à toi souvent car je ne veux pas t’oublier, et j’espère d’ailleurs que je ne t’oublierai jamais.

Cette année tu es en CM2. C’est une classe importante. L’année prochaine tu iras au collège. Dans ta classe tu aimes beaucoup ton instituteur, tu commences à te faire des amies, mais ce n’est pas toujours facile. Une de ces nouvelles amies vient de déménager, c’est bien ta veine. Les copines de ton ancienne école te manquent encore. C’était différent là-bas. Tout le monde te connaissait depuis toujours, tu étais la fille de la maîtresse. Ici tu n’es personne et même si cette année tu n’es plus « la nouvelle », ce n’est pas pareil. Tu te demandes comment ce sera l’année prochaine, ce sera sans doute encore plus difficile. D’un autre côté tu as hâte d’aller au collège, car tu as envie d’apprendre et de découvrir plein de choses, ce sera sûrement très intéressant. Ici aussi c’est intéressant, mais il y a toujours trop de français…et surtout de maths. Tu espères que les maths au collège ça ira, parce que les fractions et les problèmes de durées (et que dire des divisions), ce n’est pas ton truc.

Je voudrais te rassurer. Tout d’abord, tu auras des amies. Au collège tu ne seras pas seule, et tu vas rencontrer des personnes qui deviendront de vraies amies. Mais l’amitié ça se construit, ça prendra du temps. Tu trouveras ce temps long, mais c’est ce temps est important pour construire.

Pour les maths, ce ne sera difficile qu’en sixième encore, puis une super prof et la calculatrice t’aideront beaucoup. Par contre, tu n’aimeras jamais ça, mais ça ne se verra pas trop…

Tu vas aussi avoir des rêves. C’est important les rêves. Ils ne se réaliseront pas forcément, mais grâce à eux, tu te fixeras des objectifs et c’est important pour avancer.

C’est difficile de comprendre ça lorsque l’on est enfant, mais tout prend du temps, et la vie est faite de hauts et de bas. Il ne faut pas regretter ce qui est moins bien ou qui nous déplait, mais avoir toujours envie d’avancer.  Tu lis beaucoup , tu es une grande rêveuse et une grande bavarde (ce qu’on te reproche beaucoup), mais ce sera ta force. Tu ne le sais pas encore, mais cela te permettra de faire pas mal de rencontres amicales, professionnelles. Et si tu te sens seule aujourd’hui, ce trait de caractère arrangera bien les choses. Tes rêves changeront au fil du temps, mais tu en auras toujours.  Continue donc comme ça, mais soit juste plus discrète en cours quand tu bavardes, surtout en terminale dans un certain cours d’allemand…

Une dernière chose: tu adores écrire mais tu détestes qu’on lise tes rédactions. Ce serait bien que tu apprennes à te relire et que tu acceptes aussi qu’on te lise. Oui les écrits restent, mais ne sois pas si timide. Ecrire, c’est aussi avant tout un moyen de communication, même si c’est quelque chose qui fait du bien aussi à soi.

Profite bien de la vie.

Un défi ou un écrit #1 – Ma p’tite liste pour 2016

Bannière

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter une bonne année à tous!

Cette année, Agoaye (Si tu connais pas son blog, rattrape-toi vite en allant le découvrir ici ) s’est lancée dans un super projet autour de la bienveillance. Quoi de mieux pour débuter l’année. Le but est de mettre en place soit par des actions, soit par des écrits, des projets qui pourront devenir des choses positives dans notre vie, pour un peu que nous les fassions perdurer.

Le principe est le suivant: chaque semaine, le choix nous est donné entre réaliser un défi (et venir en parler ici), ou un écrit si nous préférons ne pas participer au défi.

Cette semaine, le défi était de renouer avec son passé.  Il m’intéressait beaucoup mais je ne pense pas avoir assez de temps pour bien l’entreprendre. (C’est peut être un prétexte ). Je décide donc d’écrire « Ma p’tite liste »!

———————————–

La dernière fois que j’ai pris une résolution, je l’ai suivie, c’était celle d’arrêter de fumer. Enfin, celle là je l’ai prise pendant presque 10 ans, jusqu’à ce, qu’une fois, ça fonctionne (En tout cas pour l’instant, ça fera 5 ans dans quelques jours). Depuis je n’ai plus pris aucune résolution, car j’étais tellement fière de moi (et ça avait tellement été difficile) que j’associais ça à une difficulté énorme et non à quelque chose de positif.

L’occasion m’est donc donnée de renouer avec cette tradition: faire une liste de ce que j’aimerais accomplir cette année.

1/ Essayer de mieux m’organiser pour concilier travail et vie personnelle. C’est déjà mieux que ça n’a été, mais je rentre encore quelquefois beaucoup trop tard à mon goût.

2/ Je ne vis pas dans ma région d’origine, j’ai rencontré de nouveaux amis ici, mais j’ai surtout perdu le contact avec les anciens. Je les ai retrouvés sur Facebook, mais bon ça n’a rien à voir.  Cette année, j’aimerais donc revoir une ancienne amie.

3/ Découvrir une nouvelle région. Il y a des coins entiers (et très importants) de notre beau pays où je n’ai jamais mis les pieds.

4/ Lire.  J’en ai déjà parlé ici, petite je lisais beaucoup. Mais depuis que je suis adulte, je ne lis plus du tout (ou presque) de romans. Ca me manque. Comme beaucoup de choses, je dis que je n’ai pas le temps, mais je ne le prends pas forcément.

5/ Ecrire. J’ai ouvert ce blog parce que j’aime écrire et je ne le fais pas assez. Ce projet 2016 m’y aidera et j’essaierai d’être le plus assidue possible.

6/ Et SURTOUT, pour m’aider à honorer cette liste comme il se doit, passer moins de temps sur facebook. Facebook est en arrière plan quand je travaille de chez moi. Mais force est de constater que je travaille moins vite… Il faudrait donc que je sache allumer l’ordinateur sans allumer Facebook.

J’ai bien d’autres idées mais ça ferait trop pour une seule année! Je stoppe donc la liste ici.

Au final, j’aime cet article car il me permettra de faire un bilan dans environ 360 jours….. et de revenir le relire de temps en temps pour voir où j’en suis. Ma liste est simple mais elle porte sur des choses qui me tiennent vraiment à coeur.

 

Spookies de Haba

J’en ai déjà parlé, j’aime beaucoup les jeux de société. D’ailleurs je n’en ai pas assez, car si j’apprécie les classiques de notre enfance, ce qui me plait le plus, c’est de découvrir de nouveaux jeux.

J’ai découvert les jeux Haba quand je travaillais dans une école maternelle.  J’ai joué au célèbre « Le verger » et à un autre jeu avec des poules et des renards dont j’ai oublié le nom (c’est d’ailleurs celui des poules et des renards que les élèves préféraient).  J’ai tout de suite accroché, car j’avais devant moi des jeux intéressants, de coopération, que les enfants adoraient, avec des pièces assez solides pour résister à de nombreuses manipulations.  J’ai noté cette marque dans un coin de ma tête mais je n’en voyais pas souvent autour de moi.

C’est pourquoi quand Coccinelle Boutique a commencé à proposer sur son site  des jeux Haba, ça m’a plus qu’intéressée. J’ai déjà craqué sur un jeu de géographie, Les pays du monde, un jeu de calcul mental, Opération Amon-Ré.

Il y a deux semaines, un jeu a attiré mon attention sur sa page Facebook car je trouvais le thème rigolo avec son air d’Halloween: il s’agissait du jeu Spookies.  Et bien ça y’est, j’y ai joué,  et  j’ai adoré!

WP_20151210_18_12_46_Pro

Tout d’abord, le jeu est beau. Bon, les jeux Haba le sont généralement, mais le décor de la maison hantée, les personnages qui tremblent de peur et les dés à points brillants sont particulièrement réussis.

WP_20151212_10_09_55_Pro

Le principe du jeu est le suivant: Un dé détermine quel personnage nous allons jouer.  Nous devons faire progresser ce personnage dans les étages de la maison hantée en utilisant 2, 3 ou 4 dés. Quel que soit le nombre de dés lancés, seuls les deux dés les plus forts sont pris en compte.

WP_20151212_09_58_07_Pro

Pour aller à l’étage supérieur, on doit faire un score de plus en plus élevé. Quand on réussit, on gagne des jetons appelés « Spookies ». Moins on utilise de dés pour obtenir ce score, plus on gagne de Spookies.  Mais si on obtient un score trop petit, on redescend, et on perd des jetons. Tout consiste donc à ..avoir de la chance aux dés.. et gérer le risque, ce qui en fait un jeu de soirée vraiment sympa.

Ce jeu est conseillé de 8 à 99 ans et toute la famille a passé un bon moment! Dans notre première partie, ceux qui ont pris trop de risques s’en sont mordu les doigts…. mais quand un joueur a trop de spookies, le risque devient obligatoire.

Bref, je le conseille vivement (d’ailleurs je compte l’offrir pour Noël). La partie n’est pas trop longue (30-45 min selon le nombre de joueurs) et tout le monde peut jouer à  se faire peur. Vous pouvez le trouver ici: clic.

WP_20151212_09_59_15_Pro

Blanche Neige et les 7 nains (le chiffre 7 et moi)

Alors voilà. C’était un vendredi bien tranquille (de vacances) et je naviguais sur le net, vers dix- SEPT heures quand je tombe sur un article de Game of Mômes. Elle répondait à un tag de Selky qui lui avait attribué un chiffre. La pauvre, elle a obtenu le chiffre 7. Tu peux lire son article ici. Mais que vois-je à la fin tout en bas? Elle me tague à son tour (ça ne me dérange pas), avec le même chiffre 7!

C’est comme ça que vous allez tout savoir sur ce que représente pour moi le chiffre 7, ses bons et ses mauvais côtés.

7, le porte bonheur.

Il parait. J’ai lu ça quelque part quand j’étais enfant. Je ne me souviens plus si c’était rapport à mon signe, mon prénom, mais 7 était censé être mon chiffre porte bonheur.

Les bottes de 7 lieues

Ah ça m’a fait rêver ces bottes…. aller loin comme ça, si facilement. Rendez vous compte, environ 30km en une enjambée!

bottes7lieues

« et la septième planète fut la Terre »

Je viens de re re re re lire le Petit Prince, pour le boulot cette fois.  J’aime toujours autant ce livre.

planeteTerre

Seven (non, pas le film)

En CM (1 ou 2, aucune idée), j’étais toute fière car je savais compter jusqu’à 7 en anglais. Je récitais cette nouvelle comptine numérique tous les jours pendant une semaine ou deux. Pour moi ça voulait dire beaucoup. Pour les jeunes qui me lisent: non, tout le monde ne savait pas ça, car nous n’avions pas de cours d’ anglais en CM à l’époque. Et non, je ne suis pas si vieille, « l’initiation anglais » arrivée très peu d’années après mon départ de la petite école. Bref connaitre quelques mots d’anglais en CM c’était cool.

Seven (le film)

Je l’avais oublié jusqu’à ce que j’écrive le paragraphe au-dessus. Oui mes copines de fac m’ont trainée au ciné voir ce film. Bon je voulais le voir aussi. J’ai supporté mais je me suis juré de ne jamais plus le regarder à nouveau. Promesse tenue sans problème. pour l’instant. Nan mais il est horrible ce film. Bien, mais horrible.

seven

Le ph

Ph 7 c’est neutre. J’ai appris ça en physique. Et je l’ai retenu. Incroyable.

La saison 7 de Friends

C’est là que tout s’est gâté. Attention, j’étais fan de cette série et je l’ai été jusqu’au bout. Mais tout de même à partir de la saison 7…. le on riait moins, les intrigues étaient routinières, bref, le début de la fin. On peut dire pareil pour la saison 7 de How I Met Your Mother. C’était mieux avant.

friends_saison_7customdvd_par_watcher_116

Partager en 7 / Multiplier par 7

Un jour à l’école j’ai voulu faire un disque  séparé en 7 parties égales pour les colorier des couleurs de l’arc-en-ciel. Et bien c’est  impossible! Bon très compliqué en tout cas, j’ai rien compris. Comme couper un gâteau en 7… C’est 6 ou 8 parts, pas 7! Si ça t’interesse, voir l’article de wikipedia sur l’heptagone.

La table de multiplication par 7 est la première qui pose problème, tout le monde le sait. Jusqu’à 6, tout va bien mais les tables de 7 , 8, 9…

Sept ans de malheur!

Et oui, on le dit bien. Le chiffre 7 n’est pas toujours un porte bonheur donc. J’ai connu cette expression en lisant Tintin, (pour les 7 à 77 ans)  « Le trésor de Rackam le Rouge » . Ne me demande pas comment je me souviens de ça alors que je n’arrive pas à me souvenir d’une liste de 5 choses à acheter au supermarché….

7ansmalheur


 

La boucle est donc bouclée. Je suis censée taguer 7 personnes à mon tour.

Que représente pour vous le chiffre 7?

Je tague (il fallait bien que je les mette quelque part):

Atchoum, Dormeur, Grincheux, Joyeux, Prof, Simplet, Timide.

Et je leur donne…. le chiffre 7 bien sûr!